Présence

Présence – Ballet blanc en cinq scènes pour violon, violoncelle et piano (1961)

Présence
Un silence redoutable, une présence insoutenable… et pourtant. Oui, au fond de nous, il y a une place pour la folie, un temps suspendu pour l’écoute de cet appel lancinant- Et soudain perdre le fil, ne plus pouvoir le ressaisir. Le spectacle nous plonge dans le flot des pensées de Molly Bloom qui défilent comme des paysages ; le temps de la musique et de la danse se dilate pour qu’émerge l’infini d’un silence malaisé, imposant, magnifique. Nous voilà à l’orée de cet instant qui précède l’explosion… Avant de reprendre son souffle, enfin.
Cette création naît de la rencontre artistique de trois musiciens, un metteur en scène et un danseur autour de la pièce éponyme de Bernd Alois Zimmermann. Composé en 1961, ce ballet-blanc en cinq actes est un espace d’écriture dans lequel différentes époques de l’histoire de la musique, différents vocabulaires, différentes qualités de temps entrent en résonance, se croisent ou fusionnent.
Dans ce trio Zimmermann se livre à un jeu de piste en citant d’autres compositeurs du XXème siècle et des écrivains à qui il emprunte les figures de héros et d’anti-héros : Don Quichotte, Ubu roi et Molly Bloom, attribuant à chacun d’eux un rôle musical et scénique qui se fige dans une éternité grimaçante voire désespérée.

Durée : 1h20
TRAILER : https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=h-eEIiIgGxU

Distribution :

Speaker     –            Une personne correctement habillée conformément à la mode masculine
du tournant du siècle, coiffée d’un chapeau
Don Quichote    –   Danseur noble avec un heaume doré, visière et plumet
(violon)
Molly Bloom    –    Première ballerine avec tutu et masque de Gaiatellus
(violoncelle)
Ubu-Roi          –      Danseur noble avec une tête de tapir
(piano)

Les artistes

Fabrice Huggler
fh   Metteur en scène

Né en 1972, de nationalité suisse et italienne. En 1995, il obtient, à Neuchâtel, sa maturité fédérale littéraire et suit des cours de chant et de piano au conservatoire de Neuchâtel – La Chaux-de- Fonds. Après deux ans à la faculté des lettres à l’Université, il décide, en 1998, de se consacrer exclusivement à ses activités artistiques. Il a depuis imaginé et mis en scène une vingtaine de spectacles. Dans son travail Fabrice Huggler s’intéresse particulièrement au rapport entre théâtre, musique, univers sonores et arts plastiques.

Parmi les spectacles qu’il a conçu et mis en scène, on peut citer :
- en 2012, La Lumière Antigone de Pierre Bartholomée, opéra en collaboration avec le Nouvel Ensemble Contemporain, Centre de Culture ABC, La Chaux-de- Fonds ;
- en 2012, De Corpore, spectacle pluridisciplinaire, Théâtre du Galpon Genève ;
- en 2011, Outrages ordinaires de Julie Gilbert, théâtre et cinéma, Théâtre du Grütli, Genève, Espace Libre, Montréal ;
- en 2009, Quartett de Heiner Müller, Théâtre du Grütli, Genève ;
- en 2008, Je suis un écho qui se tient devant le miroir, spectacle pluridisciplinaire, Centre de Culture ABC, La Chaux-de- Fonds ;
- en 2006, La Mort de Tintagiles de M. Maeterlinck, Théâtre du Galpon,Genève;
- en 2004, Fréquences, création d’un opéra parlé chanté de C. Berset et C. Houdart, Centre de Culture ABC, La Chaux-de- Fonds.

Il collabore également avec le metteur en scène hispano-genevois Oskar Gomes Mata à une performance réalisée en 2007 dans les Jardins du Louvre, En fanfare aux Tuileries, commande de l’Auditorium du Louvre à Paris, performance qu’ils ont reconduite en automne 2008 au SüdPol de Lucerne. Il est co-fondateur de Ex-Machina, espace d’art contemporain, qu’il a dirigé, de 2008 à 2013, à Genève, avec quatre autres artistes, et qui présentait des expositions, des performances et d’autres manifestations culturelles.

Fabrice Huggler développe également un travail plastique, réalisant des photographies et des performances. Il a résidé de juillet à décembre 2010 à la Cité Internationale des Arts de Paris, dans l’atelier Le Corbusier. Afin de découvrir de nouveaux horizons et parfaire ses connaissances en anglais, il a passé ces trois dernières années à l’étranger, notamment à San Francisco et à Londres où il travaillé comme « event coordinator ».

Fabio Bergamaschi
Photo Fabio Bergamaschi   Danse

Né le 04 Juillet 1974 à Parme (IT), il étudie la danse classique, moderne, la Contact-Dance et l’improvisation à L’Atelier de Danse-Théâtre de Milan dans l’Ecole d’Art Dramatique Paolo Grassi, en Italie. Lauréat d’une bourse d’études, il intègre ensuite l’Ecole de Spécialisation pour Danseurs, coordonnée par l’Art/Aterballetto Dance Company de Reggio Emilia (IT).

A partir de 2002, il s’intéresse plus particulièrement à l’improvisation dans la création tandis qu’il travaille comme assistant à la chorégraphie au sein de la Compagnie Alias, dont il est devenu l’un des interprètes principaux depuis plus de 15 ans.

En février 2015 il obtient avec succès le Certificate of Advanced Studies à la formation post-grade de l’université HES-SO de Lausanne, come Médiateur culturel. Comme médiateur culturel en danse il collabore à divers projets de médiations et sensibilisation, comme en exemple Danse en Famille, Biennale de Lyon, Danse à L’école, Atelier de Médiation au théâtre de L’ ADC avec les précieuses collaborations des grands pédagogues/chorégraphe comme en particulier Nathalie Tacchella, Catherine Egger et Manon Hotte. Il enseigne l’improvisation en forme d’atelier/stage dans le cadre de la formation acteurs Studio-Théâtre de Alexandre Paita, la contact-improvisation avec l’Association de la CI de Genève.

Ainsi il collabore au collectif d’improvisation A7 à Genève toujours dans le but de développer le travail de cette matière artistique. En parallèle, il collabore avec de nombreux chorégraphes et compagnies à Genève, en Suisse et en Europe:

Estuaire Cie
Jerycan Cie,
3art3 Company,
Prototype Status Cie,
Yan Duyvendak Cie

Toujours intéressé par l’improvisation, la performance et par ses questionnements, il développe sa pratique à travers ses rencontres avec divers artistes et pédagogues.

Trio Présences
viva33 Musique et théâtre

Jérôme Faller, violon

Né en 1983 dans une famille de musiciens, Jérôme Faller commence le violon à Lausanne, dans la classe de Francis Zanlonghi. Il poursuit ses études professionnelles à la Chaux-de-Fonds, Neuchâtel, Berne auprès de Denitsa Kazakova, Anita Fatton et Prof. Detlef Hahn.

La diversité de ses goûts musicaux l’amène à se produire comme soliste, chef d’orchestre, musicien chambriste ou d’orchestre, performeur, auteur, récitant et comédien sur de nombreuses scènes suisses et européennes. Il est membre de différentes formations orchestrales (1er violon solo du Projektorchester Variaton, Berne et du Kammerorchester Neufeld, Berne), il enseigne le violon à l’école de musique du Seeland, Anet. Depuis 2014, il poursuit des études de direction d’orchestre à la Haute Ecole des Arts de Zürich. S’il rêvait de devenir clown, c’est par la musique qu’il cueille actuellement la fantaisie et les amitiés complices, en Suisse comme à l’étranger.

Joëlle Mauris, violoncelle

Joëlle Mauris, violoncelliste, se produit en public depuis 2006 au Canada, en Suisse, en Autriche, en France, dans des prestations en solo aussi bien qu’en musique de chambre. La musicienne a bénéficié de diverses bourses d’études et de prix, et a eu la chance de recevoir l’enseignement de maîtres éminents tels Janos Starker, Gary Hoffman, Christophe Coin, Ana Chumachenco, Sir Simon Rattle et Sir Zubin Mehta.

Joëlle avait obtenu son Certificat d’études de violoncelle du Conservatoire Populaire de Musique à Genève avec les Félicitations du jury. Elle recevra ensuite son Master of Arts in Pédagogie de la Haute Ecole de Musique de Genève, son Artist Diploma de la Glenn Gould School à Toronto, et son Master’s of Music in Performance and Pedagogy à St John’s, Terre-Neuve, dans le cadre du Suncor Energy String Fellowship : une bourse universitaire offerte à un quatuor à cordes, à travers l’Université Memorial et le Newfoundland Symphony Orchestra.

Impliquée dans le monde de la musique contemporaine, Joëlle a créé des œuvres de violoncelle solo et de musique de chambre des compositeurs Sophie Dubois, Adam Scime, Mark Duggan et William Rowson- au Banff Centre for the Arts, au Toronto New Music Festival, et au Newfound Festival. Désormais de retour dans son pays natal, la Suisse, la musicienne partage son temps entre ses plus grandes passions : la musique de chambre, les projets musicaux et artistiques, et l’enseignement

Viva Sanchez Morand, piano

Viva joue du piano depuis l’âge de cinq ans ; elle a suivi des enseignements auprès de grands maîtres du piano – Alexis Golovine, Catherine Courvoisier, Karl-Heinz Kämmerling et Gottlieb Wallisch – en effectuant des diplômes d’interprétation (soliste), et deux masters de pédagogie et de théorie. Elle est lauréate de plusieurs concours internationaux et boursière de différentes fondations qui l’ont soutenue dans son parcours de musicienne.

Viva donne régulièrement des concerts en solo avec un répertoire dédié à J.-S. Bach et à la musique contemporaine, dans laquelle elle s’est spécialisée depuis sept ans. Elle travaille intensément avec deux groupes de musique de chambre professionnels (sonates avec violoncelle – Duo Axus Mundi – et ensemble de pianos et percussions – Ensemble Batida) et se produit en Suisse, en France, en Allemagne, au Canada, en Afrique du Sud, en Autriche, en Belgique et en Hollande.

Très intéressée par les collaborations pluridisciplinaires, elle est co-fondatrice de l’Association Amalthea à Genève et soutient activement la création contemporaine en donnant plusieurs oeuvres en création et en concert chaque année (solo, ensembles, musique de chambre).

Philippe Maeder
page6image18968Création lumières

Philippe Maeder est né en 1964 à Neuchâtel. En 1987 après son diplôme de technicien ET à La Chaux-de-Fonds, il décide de se consacrer exclusivement à ses activités dans le domaine du spectacle, activités qu’il pratiquait jusque là en parallèle à ces études.

En 1990 il est animateur culturel au café-théâtre La Grange au Locle et, en collaboration avec la commune, il ré-ouvre en 1992 le Casino Théâtre. En 1998 il est régisseur puis directeur technique au Théâtre Populaire Romand à La Chaux-de-Fonds. En 2002 il a un poste de responsable technique à Expo 02. En septembre 2008, il fonde et gère pendant cinq ans à Genève Ex-Machina, un espace dʼart contemporain, quʼil co-dirigera, en parallèle de ses activité d’éclairagiste et vidéaste pour le théâtre avec quatre autres personnes issues de différente discipline artistique, espace qui accueillait des expositions, des performances et diverses manifestations culturelles.

Il est directeur technique de différents festival et compagnies. Il a créé plus d’une centaine de lumière de spectacle en collaborant notamment avec Eric Devanthéry, Julien George, Michel Deutsch, Isabelle Matter, Fabrice Huggler, Robert Sandoz, Oskar Gomez Mata, Andrea Novicov, Jean-Luc Bideau, Philippe Sireuil, Antoine Jaccoud, Charles Joris, Pierre Miserez, Cuche & Barbezat…